Partenaires

CNRS
ISIDORA


Rechercher


Accueil > Vie du réseau > Réalisations > Portraits > Entretien texte : Nelly Wirth (2003)

Lire l’interview

par Carole - publié le

Le portrait de....Nelly WIRTH, IE documentaliste au GATE

Groupe d’Analyse et de Théorie Economique
CNRS, UMR 5824 - Université Lyon 2 - ENS, à Ecully (équipe membre de l’ISH).
Département scientifique : SHS.

Notre collègue Nelly a bien voulu initier cette série de portraits qui vont peu à peu illustrer le site Web de ISIDORA.
Aller à la rencontre des membres du réseau sur leur lieu de travail, les faire parler de leurs pratiques, de leurs projets, des relations qu’ils entretiennent avec les chercheurs, sera un moyen, pensons-nous, de refléter la grande diversité du métier.

Nous nous sommes rendues à deux chez Nelly, avec une grille d’interview assez souple.

Le GATE comprend 67 membres, y compris les doctorants plus 8 ITA/IATOSS. Une seule personne est en charge de la documentation.

Principales thématiques de recherche : Micro-économie du travail et de l’emploi ; Monnaie, finance et finance internationale ; Économie industrielle ; Développement international et politique économique.

Directeur : Jean-Louis Rullière.

Site Web : http://www.gate.cnrs.fr

Parcours :

Nelly est titulaire d’un CAFB option lecture publique, d’un DUT métiers de l’information, ainsi que d’une maîtrise de linguistique.

Elle est en poste au GATE depuis deux ans et demi. Elle a commencé sa carrière en 1989 à l’INIST où elle s’occupait notamment de la base multidisciplinaire SIGLE (System for Information on Grey Literature in Europe). En 1993, elle est mutée à Toulouse, à la DSI, Délégation aux Systèmes d’Information, où elle avait la responsabilité d’un fonds papier de textes réglementaires qu’il s’agissait de rendre accessible sur Internet. Elle est arrivée au GATE en 2000, à la faveur d’une mutation " AFIP " (aujourd’hui on parle de NOEMI).

Fonctions :

Le service documentation du GATE compte 90 revues vivantes, un fonds de revues mortes à répertorier et traiter, et environ 7500 documents (livres et littérature grise).

Le cœur de la fonction de Nelly réside dans la diffusion de l’information économique. Elle se définit comme une documentaliste-bibliothécaire classique, qui traite la chaîne documentaire en son ensemble.

Elle a par ailleurs réalisé le site Web de la bibliothèque (avec un intranet), qui comprend, entre autres, la liste de toutes les revues accessibles en ligne, des liens sur des sites importants dans le domaine de l’économie et qui proposent des documents en texte intégral, des outils de travail tels que dictionnaires, traducteurs automatiques, guide de rédaction des notices bibliographiques, guide de présentation des thèses et mémoires, accès aux catalogues de bibliothèques et à la presse. Nelly établit aussi des revues des sommaires en interne et externe (diffusion sélective), et des revues de Working Papers.

Enfin bien sûr, elle a une fonction d’accueil du public, constitué de chercheurs et étudiants du centre, qui n’est pas ouvert au grand public. Il y a environ 20 entrées par jour.

L’autonomie de Nelly dans l’unité est importante. Elle a la confiance du directeur et des membres du laboratoire. Il existe une commission de documentation, qui compte trois chercheurs, la responsable administrative du GATE et la documentaliste.

Retour sur investissement :

Nelly ne peut pas mesurer l’exacte reconnaissance de sa fonction, le travail invisible étant difficile à mesurer. Les retours sur ses initiatives sont peu nombreux. Elle précise qu’elle est peu sollicitée par les chercheurs en général ; elle ne fait ni recherche documentaire, ni veille pour eux. Leurs demandes concernent surtout l’accès aux documents primaires tels que les articles et les ouvrages. Les étudiants la sollicitent davantage.

Motifs de satisfaction :

Nelly trouve parfaite l’adéquation entre son poste au GATE et sa formation initiale. Elle applique pleinement les techniques apprises lors de sa formation même si les outils ont évolué et si sa pratique s’est enrichie avec l’expérience et les évolutions technologiques.
Elle trouve aussi que le poste correspond à ce qu’elle en attendait : elle avait envie de connaître la vie d’un laboratoire. Elle ne possède pas de formation en économie, mais elle s’est adaptée au domaine. Elle demande aux chercheurs de l’aide si besoin pour les questions d’indexation.

Difficultés particulières :

Comme pour beaucoup de documentalistes sans doute, il faut compter avec les problèmes budgétaires pour conduire certains projets et accéder à toutes les ressources documentaires dont on a besoin (bases de données, revues en lignes...). Il faudrait que l’institution CNRS négocie avec les éditeurs pour avoir une couverture disciplinaire satisfaisante car les laboratoires n’ont pas les moyens de le faire.

Évolution :

Selon Nelly, l’adaptation à l’évolution du métier se fait naturellement. Grâce à Internet on est en contact avec les problématiques de la profession, on n’est plus isolé dans son service de documentation, on trouve les éléments de réponse aux questions que l’on se pose, on peut observer les évolutions de nos métiers et y prendre part en les mettant en œuvre dans nos centres de documentation. Et à côté de l’Internet, il y a le réseau professionnel qui permet de partager expériences et interrogations avec les collègues.

Communication ?

Nelly n’est pas en charge de cette fonction dans son laboratoire. Elle a simplement la responsabilité de ses pages Web. C’est un informaticien qui gère le site de l’unité et la responsable administrative qui s’occupe des autres aspects communication. Ses relations avec les informaticiens sont bonnes.
En théorie, Nelly n’exprime pas d’a priori contre le fait de faire de la communication quand on est documentaliste bien qu’à son avis, la communication est un métier à part entière. En pratique, elle préfère que son activité reste plus centrée sur le métier de documentaliste.

En conclusion de l’entretien, Nelly s’est déclarée très heureuse d’avoir rejoint le réseau ISIDORA en arrivant à Lyon.

Qu’elle soit vivement remerciée d’avoir donné de son temps pour nous faire partager son expérience professionnelle.

Avril 2003